« Derrière chaque assiette, il y a un agriculteur »

Il n’y a pas de gastronomie, de bons restaurants, de bonne alimentation, sans bons produits. Notre pays est une puissance agricole majeure. Il possède des terroirs et des productions d’exception qui contribuent à son rayonnement dans le monde. Pourtant, le travail du monde agricole mérite d’être mieux connu, mieux compris. C’est tout l’objet des premières Journées Nationales de l’Agriculture les 18, 19 et 20 juin que de faciliter les rencontres entre les producteurs et les Français, et c’est la raison qui m’a poussé à en devenir le parrain.

En ouvrant les portes de nos fermes, de nos élevages, de nos vergers, de nos exploitations viticoles, nous donnons l’occasion aux professionnels d’entrer en contact avec nos concitoyens et d’expliquer comment sont produits en qualité et en diversité nos fruits, nos légumes, nos céréales, nos légumineuses, nos vins, la viande que nous consommons…

Je me réjouis qu’à cette occasion le lien entre la production et la transformation puisse être évoqué. Je pense notamment aux chefs cuisiniers de l’association Euro-Toques qui font de la saisonnalité, du respect du produit, du goût et du fait-maison une priorité. Depuis deux ans, nous bâtissons avec l’association #agridemain un travail de fond mettant en avant le respect de ces valeurs. Le monde de la gastronomie a besoin d’une agriculture forte. Si le « Repas Gastronomique des Français » a été inscrit sur la liste représentative des patrimoines immatériels de l’humanité par l’UNESCO, c’est aussi grâce à la richesse de notre amont agricole.

Nous devons sortir des images d’Épinal et découvrir la réalité du travail et le savoir-faire des femmes et des hommes qui nous nourrissent. Notre agriculture française est entrée dans la modernité et cette modernité passe par une capacité à produire en quantité, en qualité, en diversité pour répondre aux attentes de plus en plus nombreuses de nos concitoyens.

 

© Nantes & Vous TV